道引  DO-IN

L'art de vivre en harmonie

  • (voie par laquelle l’homme s’accomplit)
  • In (étendre, contracter, entretenir, guider, diriger)

Dō-In (jap.) : « Voie pour diriger le souffle-énergie avec l’intention »
(en chinois Dao-Yin ou Tao-Yin)
Méthode se pratiquant souvent en assise et mêlant soins, pressions et massages sur soi-même combinés avec des techniques respiratoires, méditatives et gymniques…

Le terme chinois « Dao-Yin » (Tao-In) provient de
Dao Qi Lin He « conduire l’énergie en l’harmonisant »
Yin Ti Lin Rou « travailler le corps en l’assouplissant »

Le Dō-In est la version nippone du Dao-Yin, art taoïste de longévité, précurseur
des Qi gongs actuels.

Cette discipline ancestrale fut introduite au Japon par les moines bouddhistes
au 7ème siècle qui l’utilisaient pour compenser le manque d'exercice physique durant les longues heures de méditation.
Les pratiquants d’arts martiaux (Budōka) l’adoptèrent pour optimiser leur
préparation physique et mentale.
Une version simplifiée fut transmise dans les écoles de Shiatsudō auprès des praticiens de Shiatsu (shiatsushi), puis dans les familles japonaises.

Parfois nommé « Yoga japonais », le Dō-In est une méthode d’éveil et d’entretien corporel qui nous permet de fortifier notre corps, de développer nos sens et d’éveiller notre esprit, au travers de postures, de gestes et de mouvements précis en liaison directe avec le travail et le contrôle du souffle-énergie (Qi en chinois, Ki en japonais).
Il s’adresse aux personnes qui recherchent l’harmonie entre le corps et l’esprit et avec la nature.

Le Dō-In regroupe un ensemble de pratiques dites « de longue vie », tant physiques que psychiques, visant toutes à parvenir à l’Unité.
Ces pratiques très subtiles reliées à l’observation des animaux consistent non seulement en des exercices physiques d’entretien de la vitalité, mais s’inscrivent plus globalement dans le cadre d’une « science énergétique de santé propre à éveiller la vigilance corporelle, mentale et psychique de l’homme dans tous les aspects de la vie, le combat y compris » (1).

A l’inverse du Shiatsu-Dō qui se pratique à deux (donner et recevoir), le Dō-In se pratique « par soi-même sur soi-même », en tenue souple de préférence, seul ou en groupe, sur un tapis de sol, debout ou assis.
Si l’expérience est infinie et non programmée, le déroulement d’une séance de Dō-In respecte un protocole précis.
Il s’agit d’une méthode globale appliquée manuellement sur l’ensemble du corps. Nous partons toujours de la tête pour descendre vers les pieds et allons du centre
du corps vers la périphérie.

Le Dō-In ne se substitue aucunement à la Médecine Occidentale ; il complète celle-ci. Il nous permet de préserver et d’entretenir notre capital-santé et notre bien-être de façon naturelle. Il n'a, en aucun cas, de prétention médicale ou paramédicale. Il nous apporte une aide, mais ne se substitue, en aucune façon, à un quelconque acte médical ou traitement médicamenteux.

L’apprentissage du Dō-In s'appuie essentiellement sur la pratique de katas (enchaînements de mouvements codifiés
à mémoriser), mais également sur la théorie issue de la Tradition extrême-orientale (le Tao, Yin-Yang, les cinq mouvements, les grandes lois de « l'énergie », les méridiens principaux).

 
Débutant(e) ou expérimenté(e) ?
Vous serez accueilli(e) dans un cadre chaleureux et convivial pour apprendre ou approfondir le Dō-In.
L’enseignement et la pédagogie sont ajustés aux caractéristiques et qualités physiques individuelles de chacun(e),
sans en affecter l'efficacité.

(1) Wang Xian et Alain Caudine – A la source du Taiji Quan – Ed : Guy Trédaniel – p 159

enseignant : Grégory ROCHER 
  Spécialiste en Shiatsu – Titre professionnel reconnu par l’État
Professeur de Dō-In & Shiatsu-Dō (Arts énergétiques sino-japonais)
Membre du Syndicat Professionnel de Shiatsu (SPS) 
lieux de pratique :
  Maison des Associations, rue de la Croix Cordier 51430 Tinqueux
cours :
  pour les dates consulter le calendrier